3 ème journée nationale non au harcèlement

3 ème journée nationale non au harcèlement  le 9 novembre 2017 au Lycée Giraux Sannier de Saint Martin les Boulogne.

Dès 8 h c’est l’effervence dans le hall, au CDI, dans certaines salles du lycée Giraux Sannier pour la tenue d’un hackathon et d’un forum sur le harcèlement.
Emprunté au monde numérique, un HACKATHON désigne un processus créatif mené à plusieurs, il s’applique ici à la problématique du harcèlement scolaire dont c’était la journée nationale ce jeudi 9 novembre. Initié par l’Education Nationale, impliquant 4 académies (Versailles, Nantes, Rouen et Lille) le défi de ce HACKATHON est de concevoir un produit pour lutter contre le harcèlement au sein d’un établisement scolaire en une seule journée. A l’initiative de Mme Cathie Vasseur, professeure d’Histoire et de Géographie au lycée Giraux Sannier et en lien avec M.Verhaeghe, référent académique contre le harcèlement, le lycée s’est emparé de cette problématique.
Ce défi a été relevé par une classe de seconde générale, la seconde B. Les élèves ont été répartis en petits groupes, coachés par des enseignants [Mmes Barbe (professeure d’espagnol), Serret (professeure documentaliste), Vasseur (professeure d’histoire et géographie) et M Dufossé (professeur de SVT)] avec en soutien : Mme S.Bénafquir, proviseure vie scolaire du Rectorat de Lille et M. Dominé , référent numérique du réseau CANOPE de Lille.

Pour arriver au bout de cette expérience, les élèves ont utilisé des méthodes de créativité inspirées du design thinking auxquelles les coachs ont été sensibilisés. L’implication de la classe de seconde B a été soutenue tout au long de la journée pour relever ce défi.

Parallèlement au HACKATHON, impulsé par Mme Cathie Vasseur, un groupe de travail constitué de Mmes Denis (assistante sociale), Gotterand (CPE), Serret (documentaliste), Wattenne (infirmière) a oeuvré auprès d’intervenants locaux afin de mettre en place plusieurs ateliers consacrés à l’évocation de différentes problématiques autour du harcèlement.

Grâce au CIDFF (centre d’information des droits des femmes et de la famille) de Boulogne sur Mer, l’image de la femme dans la societé fut abordée. Le renfort de Mme Bouaaoui, médiatrice de la vie sociale chargée des scolaires au CCAD(conseil départemental d’accès au droit) a permis de présenter la thématique du harcèlement sous un angle juridique.
Avec le  concours du centre social éclaté de Saint Martin les Boulogne, de Mme Hercouet (CPE du Lycée Cazin, référente Bassin sur le Harcélement), du collège Albert Camus representé par 4 élèves et de 3 Professeures de Lettres (Mmes Guillebaert, Quillet, Vasseur) et de M Taverne (professeur de Lettres Anglais du lycée Giraux Sannier), des ateliers de débats se sont tenus avec des supports variés (usages et paramétrages des réseaux sociaux, films abordant le harcèlement sous ses différents aspects réalisés entièrement par des élèves du collège A.Camus et du lycée Cazin).
A l’issue de cette journée, les différents groupes de la classe de seconde B investis dans le HACKATHON ont présenté oralement leur travail devant un jury composé de M.Piwinski, chef d’établissement, Mme S.Benafquir, proviseure vie scolaire du rectorat de Lille , des encadrants et partenaires de cette journée.
  • Les propositions des élèves reposant sur des supports visuels de communication sont les suivantes :

  • Un site avec un formulaire pour signaler des situations de harcèlement.harcelement_10

  • Un formulaire en ligne anonyme sur l’ENT ( espace numérique de travail) du lycée permettant de signaler des situations de harcèlement.

harcelement_11

  • La création d’une brigade des « potes vigilants » sensibilisés au harcèlement.

harcelement_12

  • La mise en place d’une nouvelle instance : le ACH (actions contre le harcèlement) afin de repérer, sensibiliser et agir contre le harcèlement, projet choisi et primé par le jury.

L’ensemble des élèves a été récompensé pour leurs travaux et leurs efforts par une remise de prix organisée au sein de l’établissement. Une riche et intense expérience qui, nous le supposons, leur servira plus tard. Les idées développées par les élèves ont contribué à alimenter les réflexions des instances du lycée (CESC, CVL…) afin de déboucher sur des propositions concrètes. Les collègues du collège Albert Camus et du lycée Cazin sont repartis avec la volonté de mener des projets similaires dans leur établissement.

Ce 9 novembre, journée nationale contre le harcèlement, qui a mobilisé l’ensemble de la communauté éducative, fut une journée riche en enseignement.   Dans leur grande majorité, les élèves ont été satisfait. Les porteuses du projet pensent renouveler l’expérience au cours de l’année pour les autres classes de l’établissement.

Mmes Denis, Gotterand, Serret, Vasseur et Wattenne.

Les chalets de Noël sont terminés